Communiqué EELV

Mis en avant

EELV

Europe Ecologie les Verts du groupe de Landerneau-Daoulas se réjouit de la décision du tribunal administratif de Rennes d’avoir pris la décision d’annuler le PLU de Daoulas et tient à féliciter les associations qui ont combattu le projet de ZAC de Daoulas en demandant son annulation.
Europe Ecologie les Verts a combattu ce projet dès son origine au sein du conseil communautaire en 2012.
Immédiatement il était apparu que le projet ne tenait pas la route :
· La ZAC serait enclavée, posant des problèmes de circulation et obligeant le transit dans l’agglomération.
· Sa taille était démesurée pour Daoulas. Des bâtiments pour des activités artisanales restaient inoccupés et des terrains non construits.
· Disparition d’une surface agricole importante et de qualité à proximité de la ville.

Enfin, et c’était tout aussi grave à nos yeux, la proposition du maire de Daoulas visait en premier lieu à répondre à la demande pressante du dirigeant de la grande surface locale qui souhaitait étendre sa superficie. Ce projet a reçu le soutien sans condition de Patrick Leclerc, à l’époque vice-président de la communauté de communes, qui ne tarissait
pas d’arguments pour défendre le projet. La CCPLD agissait donc sans avoir compris le mal fait par les grandes surfaces au commerce local et à la vie des centres villes et celle des bourgs.
Cet échec cuisant pour la Communauté de Communes de Landerneau Daoulas vient s’ajouter à un autre échec, celui de l’abandon non avoué de la voie de Lanrinou. Cela met en évidence un dysfonctionnement majeur de la communauté de communes que l’on peut bien souvent qualifier de « chambre d’enregistrement des décisions » et qui
ne tente pas de développer une démocratie participative. Ce dysfonctionnement est d’ailleurs amplifié par l’absence de conseil de développement, instance de débat et d’écoute ouverte sur la société civile, qui n’a toujours pas été mis en place au sein de la CCPLD.

Pour EELV – Groupe de Landerneau-Daoulas-Plougastel
Le 30 mars 2016
Christophe Winckler
christophe.winckler@wanadoo.fr

La Mairie et la Communauté de Communes refusent le dialogue

Mis en avant

Communiqué de presse : Bretagne Vivante – AE2D – ADEL
Le 29 Mars 2016

Les associations de défense de l’environnement Bretagne Vivante, AE2D et ADEL saluent la décision du Tribunal Administratif de Rennes d’annuler le PLU de la commune de Daoulas. Le collectif d’associations « Zone Agricole à Conserver » se réjouit que le Tribunal ait suivi les recommandations du rapporteur public qui, le 26 février dernier, demandait l’annulation de la délibération du 27 juillet 2013 par laquelle le conseil municipal de Daoulas a approuvé la révision générale de son PLU.
Depuis plus de 3 années, les associations alertent la municipalité et le public sur la consommation démesurée de terres agricoles qu’engagerait ce PLU, et plus particulièrement sur le bienfondé d’un projet de ZAC qui condamnerait une ferme de 70 hectares, ex-urbaniserait une partie importante des commerces de centre-ville, encouragerait les déplacements motorisés et porterait une grave atteinte à l’environnement de la commune comme à la qualité de vie de ses habitants.
Le recours des associations a fait valoir que le PLU était fondé sur la poursuite d’objectifs privés portant atteinte à l’activité agricole, au SCOT, au Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) et au Code de l’Urbanisme, ce qui le rendait effectivement illégitime. Les associations ont également dénoncé l’atteinte à l’environnement, aux paysages et au droit, et invoqué un détournement de pouvoir par le jeu d’étrangetés chronologiques liées à la vente prématurée des terres agricoles en constructible.
Dans l’attente des moyens effectivement retenus par le Tribunal Administratif, les associations se trouvent ainsi confortées dans leurs positions. Elles resteront vigilantes et souhaitent engager une concertation avec la Communauté de Communes du Pays de Landerneau Daoulas qui sera chargée d’élaborer le nouveau PLU. Elles invitent les élus à discuter de manière apaisée des possibilités de développement de la commune dans le respect de la loi et des besoins réels de leurs électeurs.

Le Télégramme 30 mars 2016Le 30 mars 2016

Au lendemain du jugement du Tribunal Administratif de Rennes qui a ce 29 Mars annulé le PLU de Daoulas, la mairie de Daoulas et la CCPLD, sans avoir consulté les conseils municipaux et communautaires, annonçaient qu’ils feront appel de cette décision.
Impossible, donc, d’envisager changer un iota à ce PLU controversé depuis déjà 3 ans ? Impossible, aussi, de travailler à une modification de ce PLU, en concertation avec les associations environnementales ?
Depuis mardi 29 Mars, c’est la mairie de Daoulas qui bloque son PLU
Rappelons que c’est précisément parce que la municipalité a refusé le dialogue que les associations ont déposé un recours au PLU – et le Tribunal Administratif leur a donné raison !
Alors même que les associations proposent à nouveau une concertation pour trouver une solution rapide et satisfaisante à cet imbroglio judiciaire, la municipalité de Daoulas s’entête et préfère s’engager dans une nouvelle bataille judiciaire coûteuse en énergie et pour les finances de la commune. Ne serait-il pas plus constructif de travailler ensemble à élaborer un PLU intercommunal qui intègre les conséquences de la décision du TA, plutôt que s’acharner à défendre un PLU qui n’a pas d’avenir ?
L’appel dans lequel s’engagent les élus ne fera qu’aboutir au report à 2018 (durée de la procédure d’appel) de la nécessaire révision du PLU, bloquant toute installation et tout dialogue jusque-là.
En cas d’appel, la Cour aura l’occasion de statuer sur non seulement le respect du SCOT, mais aussi sur les autres arguments invoqués par les associations : détournement d’intérêt, atteinte à l’environnement, destruction injustifiée de surfaces agricoles, organisation d’un monopole commercial, etc…
Pour un emploi créé dans un centre commercial, ce sont trois emplois « locaux » qui disparaissent dans le commerce, l’agriculture et les PME (1)
Chaque année 200 fermes qui disparaissent en Bretagne : qui se soucie de ces emplois ? Le prétexte de la création d’emplois est un leurre grossier qui tait soigneusement la perte de tous les emplois liés à la disparition programmée de l’exploitation agricole. La mairie nie la crise : aujourd’hui on ne crée plus d’emploi, on le déplace d’une zone et d’un supermarché à l’autre.
Quant à l’artisanat, grand cheval de bataille des élus, le POS de Daoulas dispose déjà de 2,5 hectares ouverts à l’implantation artisanale : pourquoi sont-ils vides ?
Et le « changement », alors ?
Effet des crises économique et environnementale : les Français consomment moins, mais mieux. Les fameuses « locomotives » Super U et Mr. Bricolage, en s’éloignant géographiquement et idéologiquement de leurs clients, pourraient bien filer tout droit vers une voie de garage.
Les associations déplorent qu’alors que le monde et les mentalités changent, les élus s’arc-boutent sur des modèles économiques à fort impact environnemental et des idées d’un autre temps.

(1) Désastres urbains : les villes meurent aussi (Thierry Paquot, 2015). Chiffres identiques dans de nombreuses sources : http://reporterre.net, http://www.20minutes.fr/economie, …

 

OF 30 mars 2016 7 hectares de foncier

 

 

Sols agricoles insuffisamment protégés

Mis en avant

Une espèce qui n’est pas en voie de disparition, c’est « l’article qui alerte sur le danger de disparition des terres agricoles ». La disparition, néanmoins, se porte bien ! Un article du « Monde » que nous devons donc partager sans modération… http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/05/14/les-sols-agricoles-insuffisamment-proteges-par-les-pouvoirs-publics-selon-la-troisieme-chambre_4633483_3244.html

La disparition des terres agricoles Mythe ou réalité ? L’enquête de l’ADEL au Pays de Daoulas

Mis en avant

  « Des terres, y’en a tant que tant »

Pas la peine de nous pincer, nous avions bien entendu la réponse que nous avait faite cet homme, sur le marché de Daoulas, en cette matinée de printemps, Lire la suite

La mauvaise herbe ne meurt jamais

Mis en avant

Allez-y voir comme on dit ! Ça colle bien avec les Zones Agricoles à Conserver !
Bleunioù Gouez, la mala hierba nunca muere.

   Une création colorée, poétique et musicale invitant à  découvrir l’univers des plantes médicinales et le lien sacré de l’homme à la terre. 

huu

Résumé : Plakoù, vendeur ambulant de plantes médicinales a hérité d’un précieux livre sur le sujet. Par celui-ci il transporte les  spectateurs dans le monde des plantes. Il nous fait voyager d’un univers à l’autre, de la Bretagne jusqu’à l’Amérique Latine.


Vendredi 23 mai, à 20h30, salle Odyssée, MPT ST Pierre, Brest.
Représentation gratuite dans le cadre de la Fête de la Biodiversité.
Venez nombreux! Voici un  petit avant-goût de l’ambiance musicale de la pièce:

https://soundcloud.com/crist-bal-troncoso/la-mala-hierba
Contact:0298515091
STROLLAD LA OBRA
1, Rue de L’Harteloire,
29200 BREST
http://laobra.over-blog.com
Licence d’entrepreneur du spectacle: 2-1049144

Belén Riquelme
Management du spectacle vivant (UBO)

Rendez-Vous à Goasquellou

Mis en avant

 

Avec l’ADEL…

A la découverte des plantes et des cailloux

Le 18 mai 2014
14 heures

Rendez-vous à Goasquellou !

Rendez-vous à Goasquellou focal
Botanique et géologie voulait-on dire !

Le coin est magnifique et l’histoire présente un peu partout dans le paysage…

En compagnie de Xavier Jaouen et d’Yves Plusquellec qui sont comme des livres ouverts à partager !

Le 9 mars dernier Xavier nous avait déjà entraînés sur les chemins de bord de mer à la découverte des plantes comestibles (Le goût de la salade du soir me reste encore en mémoire ! ).

Trente personnes avaient répondu à l’invitation sous un ciel lumineux.
L’ADEL renouvelle et enrichit la proposition ; histoire de rappeler le ciel à la raison.

Balade plantes comestibles 7

L’occasion aussi pour toutes celles et tous ceux qui étaient de la partie ce jour là de revenir saluer la crisse marine, l’obione et le cransson / Obione (Halimione portulacoides), Spergulaire des rochers (Spergularia rupicola), Cransson officinal (Cochlearia officinalis). Cette fois-ci je copie sur la dame que j’ai vu faire l’autre fois, je prends du scotch, un calepin et un crayon !

Balade plantes comestibles 1

Quoique…

Yves ne va pas manquer de nous parler de la roche dans tous ses états, de son évolution depuis deux cent quatre vingt millions d’années, de la pierre dont on fait les calvaires…Là, le scotch ne suffira pas.

On vous espère nombreux !

A bientôt…

Gilbert

PS : n’oubliez pas, bonnes chaussures et vêtements robustes !

Municipales

Mis en avant

Rencontre avec les listes de candidats aux municipales à Logonna et l’Hôpital-Camfrout

Dans le cadre de la campagne des municipales, l’ADEL a demandé à rencontrer des représentants des listes de candidats sur les communes de Daoulas, l’Hôpital, Logonna, à partir de ses propres questionnements, mais aussi avec des propos recueillis sur le marché de Daoulas, ainsi que sur le Blog.

Nous avons pu échanger avec des représentants des listes « Léon » et « André  » de l’Hôpital, et « Briand » de Logonna. La liste Kerouedan de Logonna nous a contacté trop tardivement pour que nous puissions la rencontrer . A Daoulas, la liste « Le Yaouanc. » s’est constituée tardivement et n’a pas pu nous rencontrer.

Nous n’avons pas jugé utile de rencontrer la liste « Le Tyrant », connaissant déjà les profondes divergences qui nous séparent.

Agriculture

Les deux listes de L’Hôpital voient ce sujet comme assez marginal (3 sièges d’exploitation sur la commune). Tout au plus essayeront-ils de maintenir la surface agricole, mais l’état de la question semble largement méconnu. La réutilisation des friches n’est pas envisagée, non plus que l’éventualité d’installation de nouveaux agriculteurs.

La liste « Briand » a montré plus de dynamisme sur ce point, envisageant de collaborer avec l’office foncier régional. Des membres de cette listes sont impliqués dans la réflexion sur les possibilités d’installation.

Vie maritime et littorale

Le sujet n’a été approfondi par aucune des 3 listes : la gestion de l’existant et la participation aux structures administratives tient lieu de politique.

Urbanisme

L’urbanisme est un sujet mieux maîtrisé.

La liste « Briand » souhaite une poursuite de la construction plus réduite que par le passé. L’ouverture à l’urbanisation des terrains situés près de la « Cité Kerjean n’est pas envisagée, ainsi que celle des terrains situés au sud du bourg, et mal desservis par la route. Les prescriptions du ScoT semblent par ailleurs très restrictives.

La liste Léon envisage aussi une construction plus modérée que par le passé, mais plutôt de façon contrainte que par volonté municipale. La liste André appuie le taux de croissance de 1,75 % proposé dans le PADD, ce qui est plutôt élevé dans le contexte actuel, où les PLU limitent ce taux à 1% en général. Aucune de ces deux listes n’a conscience de l’étalement effarant du bourg de l’Hopital.

Le dossier ZAC Daoulas-Irvillac dérange tout le monde : aucune liste ne se positionne arguant du manque d’information. A croire que l’ADEL a dormi durant ces dernières années !!!!

Déplacements

Tous sont d’accord pour ouvrir des voies de circulations aux 2 roues et aux piétons. Mais la liste André y voit beaucoup de freins : financiers d’abord, mais aussi administratifs (bande cyclable entre L’Hôpital et Daoulas), propriété des chemins. La volonté d’augmenter la part des « déplacements doux » est bien partagée dans les textes par les deux listes de Logonna, avec un souci particulier pour les déplacements des collégiens.

La mise en place du sentier côtier est ressentie de façon assez passive devant l’administration et avec défiance devant l’éventualité de recours par des riverains.

Démocratie locale

La liste Briand envisage des commissions ouvertes aux associations ou individus, ainsi que des réunions de quartier bisannuelles. La liste André argue de sa pratique fréquente des réunions d’information, mais ne nous a pas donné d’indication sur la participation des habitants à l’élaboration des projets.

Conclusion

Il n’était pas dans notre propos de donner une note à chaque liste, juste les impressions que nous avons pu échanger.

La liste Briand présente des propositions intéressantes, et une réelle ouverture du coté « démocratie », au moins dans le discours, par volonté de se démarquer de la pratique de la municipalité sortante de Logonna.

Pour l’Hôpital les deux listes ne semblent pas différer grandement, se situant plutôt dans la continuité.

Guylaine Scouarnec et Xavier Jaouen

Balade et salade

Mis en avant

OrtiesBonjour à toutes et à tous,


L’ ADEL vous invite à une sortie sur le thème :
« Les plantes

sauvages comestibles en hiver », animée par Xavier Jaouen.

Prévoir une tenue adaptée, un couteau et un panier. Vous

pourrez ensuite accommoder votre cueillette en salade !

Rendez-vous le dimanche 9 mars à 14h30 à la pointe du

château à Logonna-Daoulas (sortie ouverte à tout public).

En espérant vous voir nombreux !

Bien cordialement.

Guylaine Scouarnec, vice-présidente de l’ADEL.

Questions aux futur(e)s élu(e)s

Mis en avant

Elections municipales du Pays de Daoulas : les questions de l’ADEL aux candidat(e)s

Dans le cadre de la campagne des élections municipales de mars prochain, l’ADEL (Association de Défense de L’environnement, du cadre de vie et du littoral du Pays de Daoulas) interpelle les candidat(e)s des communes du Pays de Daoulas sur les sujets suivants :

  • – Quelle est la place de l’agriculture et de la pêche dans vos orientations politiques ?
  • – Comment prévoyez-vous de maintenir le commerce de proximité face au poids grandissant des grandes surfaces ?
  • – Au-delà des discours, comment les listes candidates entendent-elles concrètement respecter leurs engagements vis-à-vis de la préservation de l’environnement et du cadre de vie ?
  • – Au lendemain des élections, les nouveaux élus garantiront-ils un fonctionnement réellement démocratique des communes ? Comment envisagent-ils d’y intégrer le milieu associatif ?

L’association souhaite que les réunions publiques organisées par les candidats rompent avec le schéma magistral habituel et lient un véritable dialogue avec les électeurs. L’ADEL, qui participera aux réunions publiques, prendra prochainement contact avec les candidats auprès desquels l’association portera les interrogations de la population.

Les électeurs du Pays de Daoulas sont invités à déposer leurs questions aux adresses suivantes :
adelpaysdedaoulas@free.fr
Blog : https://adelpaysdedaoulas.wordpress.com/

NB : les commentaires ou questions postées directement sur le blog peuvent être modérées et sont, en l’état, directement accessibles aux lecteurs. L’adresse électronique des personnes qui font part de leurs questions à l’adresse adelpaysdedaoulas@free.fr n’est pas diffusée publiquement ; les questions sont transmises aux candidat(e)s par nos soins de manière anonyme ou pas, selon votre choix.

Des articles regroupant ces commentaires, ces propositions ou ces questions pourront paraître sur le blog d’ici au 23 mars, sans référence au nom de leurs auteurs. N’hésitez donc pas à participer ! Merci de faire connaître cette proposition de participation citoyenne autour de vous dans les communes du Pays de Daoulas.

Toujours plus

Citation

Pourquoi les centres commerciaux géants recouvrent la France

Et pourquoi il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !

Pour celles et ceux qui ne l’ont pas encore lu, l’article que Frédéric a adressé à la liste « Zone Agricole à Conserver » avec ce commentaire…
« Un article intéressant qui creuse la problématique sous plusieurs angles : spéculation foncière, concurrence entre les territoires, élus locaux juges et parties, l’argument de l’emploi… « 

http://www.bastamag.net/article3551.html

Merci à lui !

A la Sainte Catherine

Mis en avant

Deux articles parus le même jour dans le quotidien « Le Télégramme »

Deux mondes…Que tout oppose ?

L’emploi nous préoccupe bien sûr

A Daoulas, une commerçante rêve d’aller installer son activité Bricolage et Jardinage sur des terres agricoles. Elle est du coin, elle promet d’embaucher des gens du coin. Si son rêve se réalise, une colline est rasée, une ferme disparaît et les vaches vont paître ailleurs. Lire la suite

A vos agendas

Citation

Chers tous et toutes,
Le collectif ZAC ne chôme pas et participera d’ici peu aux événements suivants
Dimanche 24 novembre, dans le Hall A de Penvillers à Quimper, de 9h à 18h:
ECOFOIRE organisée par « Confluences pour la Planète ».
Des films, des animations, un vide-grenier et des débats: programme et liste des associations participantes disponibles en ligne sur le site http://www.cyberacteurs.org/ecofoire/
Le collectif y sera représenté sur le stand de l’ADEL, où vous pourrez acquérir des billets de tombola (2 euros, pour gagner des bons d’achat de 40 euros dans les Biocoop de Plougastel et Landerneau).
P1100209 bis
Les fonds récoltés serviront à régler les frais d’avocat dans le cadre du recours lancé par Super U et Mr Bricolage au conseil d’état contre la décision de la Commission Nationale d’Aménagement Commercial.
Samedi 30 Novembre, au cinéma Les Studios à Brest, 18h (2,50 euros) :
Projection du film « Cultures en Transition » de Nils Aguilar (2012) suivie d’un débat animé par Terre des Possibles, l’Agroécologie en Mouvement. Bande annonce: http://vimeo.com/12691088
-Samedi 7 décembre, Place de la Liberté à Brest, 11h:
Journée de lutte contre les Petits et Grands Projets Inutiles et Imposés, avec: le collectif ZAC, l’association AE2D, le collectif contre la carrière de Plouguin, le collectif GASPARE contre la centrale à gaz de Landivisiau, le collectif pour la sauvegarde de la vallée du Restic, le collectif de soutien contre l’aéroport de NDDL de Brest et Landerneau.
Rendez-vous à 11h pour le départ du défilé. Entre 12h et 14h, nous serons présents sur le stand du collectif pour informer sur notre action – et proposer des tickets de tombola !
En espérant vous y voir nombreux et nombreuses,
A très bientôt
Camille.

Coup d’étal et appel à souscription

Mis en avant

Coup d’étal au Conseil d’État ?

Cet article paru dernièrement dans le « Canard enchaîné » a déjà circulé sur la liste ZAC (Zone Agricole à Conserver) mais il mérite d’être lu et relu. S’il porte sur le Gard, l’article décrit  exactement ce qui se passe à Daoulas et ailleurs, partout en France. Lire la suite

Si ce n’était pas si triste

Mis en avant

Nous pourrions presque en rire !

Ci-dessous, la réaction de Camille* aux propos tenus par M. Bellagamba dans Ouest-France aujourd’hui (Voir article à la suite). Bouffée d’oxygène contre le chômage, intérêt général… Camille n’a pas envie de rire mais reste mesurée ! Elle a bien du mérite… C’est vrai qu’il faut se pincer pour vérifier qu’on ne rêve pas !

 » Bonjour,
Je découvre avec intérêt l’article paru ce jour dans le OF. Il est informatif à bien des égards.
On y lit que Mr Bellagamba a dû sacrifier 2 emplois suite à la décision de la CNAC, n’ayant “pas pu se permettre” de les pérenniser. Cela est bien sûr regrettable. Il est possible que quelque chose m’ait échappé, mais il me semble bien que le Super U ouvre toujours à ses horaires habituels et que son fonctionnement est resté le même.  Est-il possible que ces emplois non reconduits soient le fruit d’une décision managériale, ou la conséquence de la prise de risque que constitue un investissement dans des terres agricoles bien avant leur passage en « urbanisable » ?
Les Daoulasiens (ou “parts de marché”) qui ont choisi de faire leurs courses au Faou ou à Plougastel que je connais l’ont fait justement en signe de désaccord avec le projet de déménagement du Super U. Il me reste encore à rencontrer ces Daoulasiens qui “demandent” le déplacement du Super U. Ce n’est certes pas le cas des personnes âgées et autres piétons de ma rue. Quant à ces locaux modernes dont nous avons apparemment tous très envie, je ne crois pas que modernisation soit synonyme de déménagement. Là encore, je peux me tromper.
La DDTM et la Chambre d’Agriculture ont toutes deux, lors des RDV qu’elles nous ont accordés, estimé le projet démesuré et regretté la disparition d’une nouvelle exploitation agricole. Qu’elles l’aient fait en “off” n’est en soi pas surprenant. Quant à la CCI, étant donné que Mr Bellagamba est membre de son bureau, on ne s’étonnera pas qu’elle ait été favorable à son projet.
La qualification du déplacement du Super U en “projet d’intérêt général” est un peu précoce: là aussi, c’est la justice qui en décidera, car c’est justement une des questions qui lui seront posées.
Mr Bellagamba promet enfin “d’attaquer ceux qui l’ont attaqué”. Quand les associations ont-elle attaqué nommément Mr Bellagamba? Avons-nous fait autre chose que contester des décisions administratives? J’espère en tout cas que ses arguments seront aussi fleuris que ceux qui sont apparus ces derniers mois sur le net sous la plume de ses amis. S’il s’agit à nouveau de nous traiter de “nazis”, de “talibans”, de “bic nics” (?) et de “mongoliens” (sic), la justice tranchera effectivement sans trop tarder. Cette dernière insulte est d’ailleurs réprimée par la loi, ce dont personne ne s’étonnera.
Il me reste à regretter ces échanges stériles par voie de presse; un jour peut-être Mr Bellagamba acceptera-t-il de nous rencontrer ? On nous dit pourtant qu’il est fin et ouvert d’esprit. Je ne vois pour ma part dans ce type de communication qu’un chantage à l’emploi et des menaces, et nous félicite de n’avoir jamais versé dans ce type de rhétorique.
Bien à vous,
Camille « 
* Camille fait partie de l’ADEL et du Collectif ZAC « Zone Agricole à Conserver »
Bellagamba a la parole 01 10 2013 Source / Ouest-France / 01-10-2013

Les citoyens doivent être entendus

Mis en avant

L’ADEL et le collectif « Zone Agricole à Conserver » ont pris connaissance des conclusions de M. Straub. Nous précisons que cet avis est uniquement consultatif et sans effet juridique. L’avis favorable émis par le commissaire enquêteur est très décevant et nous constatons Lire la suite

Lutter contre l’artificialisation des terres

Mis en avant

En ces temps où des Maires nous disent qu’ils font « tout bien », sur le mode « Après tout ce que j’ai fait pour toi ! » il nous faut tenir, tenir et tenir encore, pour que les terres qui nous tiennent à cœur ne soient pas artificialisées. Tenir !

Pour qu’ils continuent à bien faire …

Campagnes et environnement Juin 2013

Tenir encore !

Source « Campagnes et environnement » juin 2013

Parmi les nouvelles du jour

Mis en avant

 

  • Le Conseil Municipal de l’Hôpital-Camfout, après celui de Logonna, de St Urbain, d’Irvillac, se prononce pour la ZAC de Daoulas.
  • Gezi Park à Taksim, Istanbul, est confronté à la démolition pour donner place à la construction d’un centre commercial et des milliers de manifestants opposés à ce projet campent dans le parc depuis plusieurs jours.
  • L’Association Santé Environnement France révèle que 87% des 910 élèves âgés de 8 à 12 ans interrogés ignorent ce qu’est une betterave.

          Dérisoires, graves, révélatrices de l’état du monde, sans conséquences, en lien les unes avec les autres, à une autre échelle que la nôtre ? Que faisons nous de ces informations ?

          Les conserver en mémoire pour comprendre et agir comme nous gardons en mémoire la décision de la CNAC du 17 avril dernier *.

Lire la suite

L’agriculture bretonne, créatrice d’emplois !

Mis en avant

Le collectif « Zone Agricole à Conserver » qui milite depuis près de 2 ans pour le maintien de l’activité agricole sur le pays de Landerneau-Daoulas déplore le sacrifice des emplois de production alimentaire. Nous rappelons que la filière agricole est une activité économique forte qui génère et génèrera encore de nombreux emplois durables, qu’ils soient directs ou induits.

Afin de protéger et encourager cette filière, il est plus qu’urgent de mettre un terme à l’artificialisation à tout-va des terres agricoles fertiles et d’encourager l’installation des jeunes agriculteurs dont dépend la production alimentaire de notre région.

Bacs à légumes 1

Lire la suite

Les observations du Collectif déposées en Mairie

Mis en avant

Les observations du Collectif « Zone Agricole à Conserver » ont été déposées aujourd’hui  sur le registre de l’Enquête publique avec ce petit commentaire.

« Vous trouverez ci-joint les observations du Collectif « Zone Agricole à Conserver » concernant la révision du Plan Local d’Urbanisme de Daoulas. Le Collectif, pour avoir détourné l’acronyme ZAC, tient à préciser qu’il ne signifie pas non plus Zone d’activité commerciale comme on pouvait le lire récemment dans la Presse mais bien, Zone d’aménagement concerté.

Lire la suite

Communiqué ZAC

Mis en avant

Chers sympathisants,

La Commission Nationale d’Aménagement Commercial (CNAC) a refusé le 17 avril 2013, la création d’un ensemble commercial (enseignes U et Mr Bricolage) sur la zone du Vern à Daoulas. La CNAC dépend du Ministère de l’artisanat et du commerce. La décision de la CNAC n’est donc pas celle d’une « minorité qui bloque les projets», selon les propos de M Leclerc, maire de Landerneau (CF Le télégramme du 22/04/2013), mais une décision de l’Etat. Les deux commerçants peuvent faire appel de cette décision devant le Conseil d’Etat.

Lire la suite

Communiqué Collectif ZAC

Image

Annulation des autorisations de transfert des magasins

Super U et Mr Bricolage vers la ZAC de Reun ar Moal

Daoulas, le 20 avril 2013

 

Dans le cadre du projet de ZAC à Daoulas, les enseignes Super U et Mr Bricolage avaient obtenu le 30 novembre 2012 auprès de la Commission Départementale d’Aménagement Commercial du Finistère, une autorisation d’agrandissement de leurs surfaces et de transfert du centre bourg vers la ZAC à créer.

Le projet porté par les élus de Daoulas et ceux de la Communauté de communes du Pays de Landerneau Daoulas est consommateur de terres agricoles (20 hectares). Il s’appuie sur un modèle d’aménagement urbain aujourd’hui dépassé (déplacement de l’activité commerciale du centre bourg vers la périphérie).

C’est dans ce contexte que les associations Bretagne vivante et ADEL ont saisi la Commission Nationale d’Aménagement Commercial (CNAC) en janvier 2013.

Le jeudi 18 avril 2013, la CNAC a rendu sa décision en faveur des deux associations.

Le Collectif « Zone Agricole à Conserver » et toutes les associations qui le soutiennent, se réjouissent de cette décision qui crédibilise leur action. Cette décision rappelle également la nécessité d’une vraie concertation avec la population sur le développement économique et l’aménagement de la commune.

La Commission nationale a annulé l’autorisation de déménagement des deux magasins, mais le projet municipal de ZAC et ses 20 hectares d’urbanisation restent d’actualité. C’est pourquoi nous devons impérativement poursuivre notre action.

  • Nous rappelons que les vingt parcelles destinées à l’artisanat ont une surface moyenne de 5000 mètres carrés, ce qui est beaucoup trop consommateur de terres. Là aussi, le modèle du « bâtiment artisanal planté tout seul au milieu d’une immense pelouse bien verte » est en 2013 complètement dépassé ! Il est impératif d’imaginer des bureaux, ateliers, hangars et parkings qui optimisent la consommation d’espace grâce à des parties mitoyennes, communes, partagées…
  • De plus, d’autres emplacements sont disponibles sur la commune pour l’artisanat.
  • Enfin, la décision de la CNAC admet implicitement que la rénovation des magasins peut se faire sur place et le collectif se mobilise dans ce sens.

L’enquête publique est en cours jusqu’au 15 mai. Il est très important d’aller déposer vos remarques en mairie (CF dates et horaires ci-dessous). Vos observations et questionnements peuvent concerner la ZAC, mais aussi tout autre sujet qui vous interpelle dans le projet de PLU.

Bien cordialement,

Le collectif ZAC

Permanences du commissaire enquêteur : mercredi 24 avril 2013 de 14h à
17h , samedi 4 mai 2013 de 9h à 12h , lundi 13 mai 2013 de 14h à 17h,
mercredi 15 mai 2013 de 14h à 17h

Le Télégramme 19 04 2013

    Article du Télégramme du 19-04-2013

Enquête publique

Mis en avant

Lors du débat public du 22 mars dernier certaines personnes s’interrogeaient sur les manières de donner et d’écrire leur avis au Commissaire Enquêteur lors de l’enquête publique qui démarre le 13 avril 2013…

Un panier d'arguments

Il suffit de dire et écrire qu’on est pour ou qu’on est contre, certes, mais rien n’interdit bien sûr de détailler pourquoi, d’insister sur un aspect spécifique, de mettre en lumière un impact possible que personne n’avait encore repéré. Les 400 Daoulasiens signataires de la pétition contre l’implantation d’une ZAC ont là l’occasion unique de « commenter » leur opinion.

Les voies possibles pour communiquer ses observations sont bien détaillées dans le « Keleier ar Mis » (Bulletin municipal de Daoulas)  du mois d’avril 2013, pages 5,6 et 7. Nous les reprenons néanmoins au bas de cette page en y joignant l’article 11 du décret n° 2011-2018 portant réforme de l’enquête publique relative aux opérations susceptibles d’affecter l’environnement.

Comme nous nous y étions engagés le 22 mars nous déposerons ici au fil des jours les arguments et les idées qui pourraient vous inspirer au moment de rédiger vos observations. Nous publierons aussi les vôtres.

Écrivez-nous… adelpaysdedaoulas@free.fr Ensemble, nous y arriverons !

logo Sème ta ZAD

  • Comment remplacer une ferme qu’on supprime ? Comment vont se nourrir nos enfants ? Pour que les voisins reprennent l’activité il faut qu’il reste encore des voisins ! Il faut préserver les sièges d’exploitation ! Sinon c’est un germe qui disparaît. C’est ce qui se passerait ici, un siège d’exploitation disparaitrait. Ici, ailleurs et partout. L’équivalent d’un département disparait tous les 7 ans au détriment des terres agricoles. Le PLU vaut pour 20 ans et ça donne la mesure de notre participation au saccage.

Lire la suite

Alec Finlay

Nous sommes allés ce matin (près de l’orée de notre champ) poser le poème-tanzaku d’Alec Finlay à Reun ar Moal. Reste à partir à sa découverte !

Le tanzaku est une forme poétique japonaise; on l’accroche généralement en guise de prière – c’est de circonstance. Il ne faudra surtout pas en déduire que nous sommes à genou.

Alec Finlay est un célèbre poète-plasticien-artiste écossais ; son site internet: http://alecfinlayblog.blogspot.fr/
Ce tanzaku nous a été offert par l’artiste en soutien à notre action pour la sauvegarde des espaces agricoles et naturels de Reun ar Moal; qu’il en soit remercié !

Alec Finlay 2

Voulait-il dire que devant les rouleaux compresseurs nous ne devions pas baisser les bras ?Alec Finlay 1.JPG

Emploi emploi emploi

Souvenons-nous la fréquence avec laquelle on nous a servi ce bon vieil argument des emplois pour nous « vendre » la ZAC, en oubliant commodément qu’un emploi dans la grande distribution, c’est au minimum 3 emplois qui disparaissent ailleurs. Un article intéressant qui démonte la rhétorique du « ces emplois sont pour vos enfants » – ce chômage, plutôt…

De Notre-Dame-des-Landes à Roybon, des grands projets créateurs d’emplois ou fauteurs de chômage ?

Les créations d’emploi servent d’argument ultime aux promoteurs des grands projets jugés « inutiles et imposés » par leurs détracteurs. Le nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la ligne à grande vitesse Lyon-Turin, les centres commerciaux géants en Île-de-France, ou encore le Center Parcs de Roybon en Isère, seraient un moyen de lutter contre le chômage. Focalisé sur la quantité d’emplois créés, le débat occulte certaines questions incontournables, comme le devenir des terres agricoles, la qualité et la (…)